Réaction de l’association ÉPINE à la décision de la communauté européenne

La Traversée Centrale des Pyrénées a été exclue des infrastructures prioritaires de transport par le Conseil de l’Europe le 19 octobre 2011.

Que pense l’association ÉPINE de cette dernière décision du Conseil de l’Europe ?
Depuis 6 ans, l’association ÉPINE a recherché des informations concernant le projet de  Traversée Centrale des Pyrénées. Nous avons  posé la question du pourquoi, de l’utilité et de l’opportunité d’un tel projet face aux risques encourus dans la vallée.  Le vice président du Conseil de l’Europe chargé des transports, Süm Kallas, considère que la TCP est un projet non réaliste parce que les tunnels en zones de montagne posent des problèmes de sécurité et environnementaux. 
Sur ce point, nos avis se rejoignent. ÉPINE est satisfaite de cette décision, elle appelle à plus de réalisme nos politiques locaux.

N’avez-vous pas peur que la vallée passe à coté d’un brillant avenir ?
Économiquement et écologiquement, la TCP n’apportera rien d’autre que des nuisances aux régions qu’elle traversera. Ce serait le cas pour la vallée d’Aure d’autant plus que ce projet ne solutionnerait, en aucun cas, les problèmes de circulation que nous connaissons aujoud’hui et que la vallée ne pourrait continuer à vivre de son activité principale : le tourisme. L’idée d’une base multimodale à Lannemezan est totalement irréaliste.

Quel avenir pour ÉPINE ?
Le  projet  n’est que reporté pour 2030. De plus d’après « El Heraldo » et « El Periodico de Aragon », la Communauté de travail des Pyrénées (CTP) qui réunit les huit  régions frontalières,  a décidé, après  d'intenses négociations,  de soutenir le projet de la TCP. Elle va demander à la Commission Européenne d'inclure le projet dans le « réseau de base ». Car  des études sur la viabilité sont toujours en cours de réalisation et ont d'ores et déjà été  financées. Les études prévues sur les flux de transport devraient être conclues à l'automne 2012. En 2015, devraient être disponibles l'analyse du contexte local et la définition des corridors. 
Epine restera donc plus que vigilante quant à la suite des évènements  et nous souhaitons toujours connaître les résultats de l’étude de 138 000 euros engagée par le Conseil Général et le Conseil Régional en 2008.

 

Voici les articles des médias à ce propos :

Article de la Dépêche du Midi(12/11/2011)

Dossier de la Semaine des Pyrénées  (27/10/2011)

La Semaine des Pyrénées   (19/10/2011)

El Heraldo  (19/10/2011)

Vivir en Aragon  (19/10/2011)